Bibliothèque

Notre bibliothèque imaginaire

La bibliothèque dont nous nous occupons est une bibliothèque de prêt, publique, communale. Elle n’a pas de budget propre mais la mairie pourvoit au nécessaire de base: plastique transparent pour recouvrir les livres, étiquettes et fournitures pour renforcer les couvertures ou « recoller » une page.

Le budget est maintenant du ressort de la Communauté de Communes mais la médiathèque étant plus attrayante et bien plus fréquentée que les bibliothèques communales de notre coin, les acquisitions (achats de nouveaux livres) ne sont sûrement pas à l’ordre du jour.

La bibliothèque imaginaire attire très peu de lecteurs: environ une quinzaine cette année viennent emprunter des livres. Une école maternelle vient de temps en temps et miloune apporte des albums à l’institutrice.

Florilège de bibliothèques

Il existe toutes sortes de bibliothèques:

  • bibliothèques privées appartenant à un individu comme la bibliothèque d’Alberto Manguel;
  • bibliothèques universitaires;
  • bibliothèques nationales comme la BNF (France), British Library (Royaume-Uni), Library of Congress (USA), Biblioteca Nacional de España…
  • bibliothèques de dépôt légal (où tous les nouvelles publications sont déposées): bibliothèques nationales mais d’autres aussi comme la Bodleian (Oxford);
  • médiathèques (en plus des imprimés, prêt de document audio ou vidéo: CD de musique, DVD, « audio-books »…); souvent de type intercommunale, au centre d’une communauté de communes;
  • bibliothèques publiques communales;
  • bibliothèques de prêt (les publications récentes y sont privilégiées; on prête aux lecteurs des éditions souvent récentes et on désherbe (voir plus bas);
  • bibliothèques de conservation (les ouvrages les plus vieux ou des manuscrits sont soigneusement conservés souvent avec consultation sur place pour les lecteurs);
  • bibliothèques sans prêt: livres en consultation sur place uniquement, par exemple la Bodleian, à Oxford (et sans doute toutes les bibliothèques de dépôt légal);
  • bibliothèque hybride, par exemple, médiathèque Émile Zola (Montpellier): secteur lecture publique, secteur conservation (fonds extraordinaire issu de la bibliothèque privée de Jean Fabre)
  • BDP: Bibliothèque Départementale de Prêt qui dépose des livres dans les médiathèques  et bibliothèques du département — la BDP du Gard (Nîmes) vient de mettre en ligne son catalogue très pratique
  • Bibliobus: un bus avec des rayons bourrés de livres qui viennent de la BDP (Bibliothèque Départementale de Prêt); en anglais « Mobile Library »
  • CDI: centre de documentation dans les établissements scolaires
  • bibliothèques semi-privées comme celles de certaines institutions ou de monastères

J’ai dû en oublier une bonne quantité. miloune en rajoutera! Si vous trouvez des erreurs, n’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de cette page.

Désherbage

Dans une bibliothèque de lecture publique, ce sont les ouvrages récents ou les rééditions récentes qui sont privilégiés. En avant toute le désherbage qui consiste à retirer des rayons les ouvrages indésirables. Certains de ces ouvrages sont rangés dans une réserve, salle à part pour les ouvrages fragiles qui ne méritent pas le pilon.

Dans une petite bibliothèque communale qui a peu de lecteurs, il est bien nécessaire de désherber aussi tout en prenant en compte les lecteurs non pas imaginaires mais bien réels qui viennent emprunter des livres. Si un lecteur lit et relit un livre à la couverture abimée, pourquoi le priver de ce vieux bouquin? Si un lecteur emprunte une série de livres qu’ailleurs on désherberait sans scrupules, il vaut mieux lui réserver sa lecture favorite.

Mieux vaut désherber en fonction des lecteurs plutôt qu’en suivant des critères objectifs.

Dans notre petite bibliothèque imaginaire, miloune a mis au grenier de gros cartons de vieux bouquins que personne ne lit plus. L’association « Terres des Enfants » est venue en chercher pour sa braderie.

Magasins, réserves

Dans un grande bibliothèque comme la médiathèque Émile Zola, à Montpellier, de nombreux ouvrages sont dans des magasins, salles où sont rangés des livres inaccessibles aux usagers. Le personnel va vous les chercher et vous pouvez les emprunter. Dans le secteur de la bibliothèque qui conserve des ouvrages anciens, il vous faut suivre tout un protocole pour pouvoir consulter une édition du XVIIe siècle des romans de Madeleine de Scudéry, par exemple.

Dans notre petite bibliothèque communale, nous avons deux ou trois réserves!

  • quelques éditions du début du XXe siècle qui valent la peine d’être conservées;
  • une collection de livres disposée dans trois cageots et réservée à un lecteur qui y tient;
  • des livres d’un auteur dont il  y a pléthore d’ouvrages dans les rayons — quelques livres sont en rayon, les autres en réserve (Troyat et Siménon)
  • livres sans couvertures — beaucoup de classiques

Il n’y a pas de salle séparée pour les réserves, mis à part le grenier qui est le dépôt du désherbage. Les réserves sont des cartons.

Les lecteurs

Dans certaines bibliothèques tous les livres ne peuvent pas être empruntés par le lecteur et emportés à son domicile. Les livres sont alors en consultation sur place, pour les raisons suivantes:

  • ils sont trop fragiles ou trop précieux pour être empruntés
  • ils sont trop gros ou sont des usuels (dictionnaires, encyclopédies) qui manqueraient aux usagers
  • ils ne sont pas encore prêts: couverture, étiquettes de cote et de code-barre
  • ils sont abimés et en cours de reliure ou de raccommodage

Dans la bibliothèque imaginaire, tous les livres peuvent être empruntés.

En effet, certains lecteurs sont à la recherche de tel livre et se fichent bien qu’il manque la couverture (carton spécial des sans-couvertures) ou qu’elle soit rafistolée avec du collant marron (un Siménon pour un amateur de cet auteur).

De plus, s’il fallait attendre pour emprunter des livres qu’ils soient recouverts, étiquetés, et leurs notices fin prêtes dans l’OPAC, les rares lecteurs resteraient sur leur faim! :-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *