Le W3C récompensé par l’Oscar du meilleur rôle de soutien dans le Hollyweb

Pour la Journée internationale contre les DRM, la FSF a présenté à Hollywood les 22 500 signatures contre l’introduction de menottes numériques dans le HTML5 qui est la nouvelle norme du web et qui devait permettre une diffusion et une lecture simples, sans plugin, du multimédia.

Je n’ai guère de temps en ce moment, aussi remercions l’April qui a aimablement traduit pour vous l’article de la FSF: « Oscar » awarded to W3C for Best Supporting Role in « The Hollyweb »:

Notre « équipe d’élimination des DRM » a offert au W3C une récompense pour le meilleur rôle de soutien dans « Le Hollyweb » et a remis à cette organisation plus de 22 500 signatures contrôlées lui demandant de ne pas incorporer la gestion numérique des restrictions (DRM) au sein du web. Cette action faisait partie de la 5e Journée annuelle internationale contre les DRM. Les photos de l’événement sont disponibles ici : http://www.defectivebydesign.org/oscar-awarded-w3c-in-the-hollyweb.

La pétition (que l’on peut encore signer ici : http://www.defectivebydesign.org/no-drm-in-html5) demande au W3C de rejeter la proposition d’« extensions pour médias chiffrés » (Encrypted Media Extensions proposal, EME), qui incorporerait la gestion des DRM – le système utilisé par les médias et les entreprises technologiques pour restreindre la consultation, le partage, l’enregistrement et l’adaptation des œuvres numériques – dans le HTML, le langage central du web. Comme l’explique la pétition, « Ces extensions pour médias chiffrés seraient un retour en arrière irréversible pour la liberté du web. Elles valideraient et rendraient possibles des modèles économiques limitant les activités des utilisateurs de manière contraire à l’éthique ; elles conditionneraient l’exercice d’une pleine citoyenneté sur le web à la soumission à certaines entreprises des médias. Alors même que Flash et Silverlight disparaissent enfin, nous ne devons pas les remplacer par la dernière lubie des géants des médias dans leur volonté de contrôle. »

« Ce n’est pas cette distinction-là dont nous aurions aimé honorer le W3C cette semaine, alors même que l’on célèbre le 20e anniversaire du web. Idéalement, nous préférerions l’applaudir pour son rôle dans la protection de la liberté d’Internet. Si ce sont des entreprises comme Netflix, Microsoft et Google (et leurs amis de la bande des « Big Media ») qui sont les vraies vedettes du Hollyweb, le rôle de soutien joué par le W3C n’en est pas moins crucial dans cette tentative de restreindre la liberté des citoyens. Il est encore temps pour le W3C de prendre la bonne décision, mais s’il ne rejette pas la proposition EME, il avalisera l’utilisation des restrictions numériques privatrices pour toutes et chacune de nos interactions en ligne » déclare John Sullivan, directeur exécutif de la Fondation pour le Logiciel Libre.

« La décision que prendra le W3C aura un impact sur les millions d’utilisateurs d’internet dans le monde. Les signatures remises aujourd’hui sont représentatives de la conviction d’une majorité écrasante de l’opinion, que la proposition EME sera nuisible à la liberté en ligne et à l’équilibre global du World Wide Web. Nous continuerons notre travail d’alerte sur cette proposition et veillerons à ce que, partout dans le monde, les gens aient une possibilité de se faire entendre » indique Libby Reinish, responsable de campagnes à la Fondation pour le Logiciel Libre.

L’opposition du public à cette proposition va grandissant. La semaine dernière, le W3C a reçu une lettre la condamnant, de la part d’une coalition internationale de plus de 27 organisations, au nombre desquelles la Free Software Foundation (FSF) et ses organisations sœurs FSF Europe, Amérique latine et Inde, l’Electronic Frontier Foundation, Creative Commons, Fight for the Future, l’Open Knowledge Foundation, la Free Culture Foundation, l’April, l’Open Technology Institute, et plusieurs groupes du Parti Pirate. Le texte intégral de cette lettre est consultable ici : http://www.april.org/une-coalition-de-vingt-sept-organisations-demande-au-w3c-de-garder-les-menottes-numeriques-drm-hors.

Defective by Design encourage les utilisateurs du web à signer la pétition sur http://www.defectivebydesign.org/no-drm-in-html5 et à participer directement au processus public de décision du W3C en rejoignant la liste de diffusion http://lists.w3.org/Archives/Public/public-html-comments.


À propos de la Free Software Foundation (Fondation pour le Logiciel Libre)

La Free Software Foundation (Fondation pour le logiciel libre), fondée en 1985, est dédiée à la promotion du droit des utilisateurs à faire fonctionner, étudier, modifier et redistribuer des programmes informatiques. La FSF promeut le développement et l’utilisation de logiciels libres – en particulier le système d’exploitation GNU et ses variantes GNU/Linux – ainsi que la documentation libre associée. La FSF aide également à sensibiliser les gens aux problèmes politiques et éthiques de la liberté d’utilisation des logiciels. Ses sites Web, dont les adresses sont fsf.org et gnu.org, sont une source importante d’information sur GNU/Linux. Des dons pour soutenir ses travaux peuvent être fait sur http://donate.fsf.org. Son quartier général se situe à Boston, MA, USA.

Si ce n’est pas fait, allez signer la pétition, «Nous ne voulons pas d’un Hollyweb», c’est vraiment important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *