Gitso, logiciel malin pour aider les autres à distance

Je viens enfin de découvrir Gitso, un logiciel qui permet d’aider les autres GNU/Linuxiens à distance. Il y en a bien d’autres mais celui-ci est très simple.

Que fait ce Gitso?

Gitso permet d’afficher sur votre écran le bureau de la personne que vous aidez, même si elle habite de l’autre côté du globe. Et cette heureuse personne voit ce que vous trafiquez sur son écran: si je bouge la souris chez moi sur l’écran de N., N. voit le curseur de la souris bouger.
Vous allez dire que c’est nul et que la souris de N. devrait bouger toute seule. C’est du virtuel, pas de la magie. Il ne s’agit pas de faire sortir ni une souris noire ou blanche d’un chapeau rouge (allusion à la distribution GNU/Linux RedHat dont est dérivée la distribution Fedora, fameux chapeau).

Il s’agit de faire des choses sur l’ordinateur de N. que N. ne sait pas faire ou ne sait plus comment faire, sans se déplacer chez elle. N. se contente de regarder mais elle peut aussi prendre le relais: attraper sa souris et continuer. Il suffit que je m’arrête de temps en temps, si N. ne continue pas, je continue, sinon je me repose. Je peux aussi ouvrir un éditeur de texte sur son GNU/Linux et lui écrire un mot qu’elle lit et auquel elle répond ou par des mots ou en faisant ce qu’il faut avec la souris. Il faut éviter de s’emmêler les pinceaux, tout de même.

Mettre en place Gitso est très facile pour la personne que l’on aide. Je suis loin de chez N. et je n’ai rien mis en place pour l’aider avant de partir. Maintenant, je peux rattraper la sauce sans lui faire faire des choses trop compliquées. Il y a bien d’autres logiciels mais Gitso me paraît le plus simple.

Cette après-midi, je l’ai essayé avec miloune et ça va très bien. Miloune était sur un ordinateur avec Ubuntu 12.04 dont le clavier est en bépo et moi sur un portable avec Lubuntu 12.10 et un clavier AZERTY. J’ai pu taper en AZERTY et miloune a pu taper en bépo. Il y a juste le signe @ que je n’ai pas pu faire de mon côté, alors miloune l’a fait elle-même de son côté. Peut-être les claviers de portable sont un peu spéciaux.

Nous étions l’une et l’autre dans le même réseau local (2 ordinateurs dans la même maison), alors ce n’est pas du tout compliqué. Je vais essayer ensuite avec quelqu’un qui est loin.

L’obstacle que je redoute, c’est la lenteur de la connexion ADSL chez nous. Je me demande comment Gitso va s’en sortir. Mal sans doute.

Si vous voulez, vous pouvez d’abord installer Gitso mais lire la suite permet de vous donner une idée de ce logiciel. Pour l’installer, c’est là-bas: Installer Gitso – pour les débutants et les autres.

Comment utiliser Gitso?

  1. Je dois d’abord ouvrir un port sur la bo-box ou le routeur
  2. Il faut ensuite que je donne mon IP publique à N. à qui je veux donner un coup de main.
  3. N. n’aura qu’à recopier cette IP dans Gitso

C’est quoi une IP et comment connaître son IP?

Une IP publique est l’identification de votre ordinateur sur l’internet, chaque IP est unique et elle est indispensable pour que votre ordinateur communique avec les autres. C’est le FAI qui vous attribue une IP mais vous n’allez pas téléphoner à votre FAI pour la connaître. En plus, votre IP a toutes les chances de changer souvent car la majorité des FAI donnent une IP dynamique et non pas statique.

Donc, pour connaître votre IP, il suffit d’aller sur un site comme http://checkip.dyndns.com/: vous verrez une simple ligne du genre (exemple fictif):

Current IP Address: 89.155.56.253

Vous devez simplement recopier cette adresse 89.155.56.253 et l’envoyer à N. que vous voulez dépanner. Elle peut n’être valable qu’aujourd’hui, donc n’envoyez pas votre IP 2 jours avant.

Ouvrir le port 5500

De mon côté seulement, je dois ouvrir le port 5500 TCP pour pouvoir communiquer avec N. C’est comme ouvrir la porte pour laisser entrer N. chez moi.

Cela se fait sur la bo-box de votre FAI ou dans votre routeur et dans notre cas, chez Libres-Ailé(e)s sur le modem-routeur de notre FAI, OVH.

Vous devez connaître l’IP de votre ordinateur dans votre réseau, son IP LAN ou privée, si l’on peut dire, qui est attribuée par la fonction routeur de votre bo-box ou de votre modem-routeur. Cette IP est invisible depuis l’internet, elle ne sert pas à communiquer à l’extérieur de chez vous. Contrairement à l’IP publique, elle n’est pas unique dans le monde mais elle est unique dans votre réseau local, dit LAN.

Pour la trouver, c’est en général en cliquant sur l’icône de connexion dans une barre, appelée «panel» en anglais ou sinon par la commande ifconfig. Voici la première partie qui est affichée suite à la commande:

eth0 Link encap:Ethernet HWaddr 00:90:f5:dc:dc:83
inet addr:192.168.0.32 Bcast:192.168.0.255 Mask:255.255.255.0
inet6 addr: fe80::290:f5ff:fedc:dc83/64 Scope:Link
UP BROADCAST RUNNING MULTICAST MTU:1500 Metric:1
RX packets:717193 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
TX packets:398880 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
collisions:0 txqueuelen:1000
RX bytes:1037950622 (1.0 GB) TX bytes:28967901 (28.9 MB)

Votre IP est là: inet addr:192.168.0.32. Bien sûr, chez vous, ce sera autre chose mais ça commencera par 192.168.

L’IP de votre box est sans doute 192.168.1.1 mais l’adresse d’un routeur peut-être différente, comme ici.

Voici une image qui vous donne un exemple du port 5500 ouvert sur une bo-box et redirigé vers votre ordinateur dont l’IP est 192.168.1.10. C’est différent d’une bo-box à l’autre mais le principe est le même. Sur un modem-routeur, ce sera sans doute une interface très différente: fonctionerd.free.fr/gitso_neufbox.png (clic droit pour ouvrir dans un nouvel onglet).

Je me suis débrouillée sur un modem-routeur Netgear en cherchant la référence exacte dans un moteur de recherche (Ixquick, pas Google l’espion). J’ai trouvé un site qui fait la liste de plein de Netgear et j’ai trouvé la page concernant celui que je devais modifier. En fait, le Netgear DG834PN vous explique tout quand vous y êtes, dans un panneau latéral, mais c’était rassurant de voir à l’avance ce qui m’attendait.

Pour résumer ce que vous voyez sur l’image de fonctionerd:

  • Ouvrir le port 5500 sur le routeur (bo-box ou autre), c’est ouvrir la porte de votre maison à N. que vous voulez aider
  • Rediriger ce port sur votre ordinateur, c’est comme ouvrir la porte de votre bureau à N. que vous voulez aider. Cela dit au routeur de bien vouloir laisser s’afficher l’écran de N. sur votre ordinateur.

Lancer Gitso

Il faut lancer Gitso, comme tout logiciel, d’un clic sur la bonne ligne dans le menu général de votre GNU/Linux, rayon «Internet». Bien sûr, il faut que les 2 personnes se donnent rendez-vous: «À telle heure, tu ouvres ton ordinateur, moi le mien et nous lançons Gitso». Avant de continuer, vous pouvez vous téléphoner ou envoyer un email pour voir si tout va bien jusque-là.

Comme vous le voyez, l’interface de Gitso est très simple. Difficile de se perdre, même en anglais:

gitso

Après avoir lancé Gitso, je clique sur le bouton-radio devant la ligne «Give support» car c’est moi qui vais apporter de l’aide à N. Je clique sur le bouton «Start» et j’attends que N. fasse sa part. Je n’ai rien d’autre à faire.

Tu veux de l’aide? fais ta petite part

N. a lancé Gitso, elle clique sur le bouton-radio devant la première ligne «Get help» («Se faire aider»). N. copie alors mon adresse IP publique que je lui ai envoyée (89.155.56.253) dans le champ sur la même ligne.

N. clique sur «start».

Instant maqique: je vois l’écran de N., je bouge ma souris et N. voit le curseur de sa souris bouger. Voilà, c’est prêt. «C’est quoi N. que tu veux faire déjà?», que je tape sur son Leafpad.

Fini? Fermez la porte

Il faut respecter le bureau de la personne que vous aidez. N’oubliez pas de quitter les logiciels que vous avez ouverts et qui ne servent plus, bref, ne laissez pas le bazar sur le bureau de N.

Quand nous avons fini notre travail, N. et moi, N. clique sur «Stop» dans la petite fenêtre de Gitso et la ferme (la fenêtre). Pouf, je ne vois plus le bureau de N. Je ferme aussi mon Gitso.

Ensuite, je m’en vais vite désactiver le port 5500 dans la bo-box ou dans mon routeur. Pas la peine de laisser trop de portes ouvertes, ça risque de laisser entrer feuilles mortes, neige ou voleurs.

La prochaine fois que je veux aider quelqu’un à distance, je n’aurai plus qu’à réactiver ce port.

Les limites de Gitso

Bien sûr, faut pas pousser.

  • Je ne pourrai pas installer chez N. une distribution GNU/Linux à partir de chez moi avec Gitso.
  • Je ne pourrai pas tout à fait faire passer N. à Lubuntu 13.04 si elle a Lubuntu 12.10 (d’abord, c’est trop tôt, on n’est pas encore en avril 2014). Quand je vais redémarrer son ordinateur, pouf Gitso va s’éteindre. Mais enfin, on doit pouvoir faire le plus gros du travail mais c’est tellement facile que N. le fera elle-même.
  • Je peux cependant lui faire une clé USB live avec un GNU/Linux dessus, si du moins son ordinateur veut bien démarrer depuis une clé USB. Autrement, je peux l’aider à graver un CD ou un DVD avec un GNU/Linux dessus, si du moins, elle a déjà un GNU/Linux installé chez elle.

À suivre

  • Je n’ai pas expliqué comment installer Gitso. Malheureusement, il n’est pas dans les dépôts d’Ubuntu mais c’est vraiment simple à installer. À suivre… avec des images pour les débutants.
  • Je dois encore essayer Gitso en vrai. À bientôt pour les résultats.

Pour installer Gitso, c’est là-bas: Installer Gitso – pour les débutants et les autres.

Remerciements

Entre autres, les Ubunteros qui ont fait la page de Gitso sur Ubuntu-fr et fonctionerd pour sa page détaillée.

1 réflexion sur « Gitso, logiciel malin pour aider les autres à distance »

  1. J’ai lu en diagonale les deux billets traitants de Gitso, il ne me semble pas que tu parles de l’avantage d’être multiplateforme (dont Windows et Mac). Cela permet d’utiliser toujours les mêmes logiciels même si on change de système d’exploitation. C’est donc un gros avantage pour éviter de brusquer les gens en leur changeant d’un coup tout leur environnement de travail habituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *