Essayons Oneiric Ocelot (Ubuntu 11.10)

Dès que nous pourrons acheter des CD vierges, nous allons essayer le tout nouvel Ubuntu sorti il y a un ou deux jours en ce mois d’octobre 2011.

Oneiric Ocelot (l’Ocelot onirique, mon «chat sauvage de rêve», voyez-vous ça) risque d’être bien plus stable que son prédécesseur dont nous nous sommes bien passés, Natty Narwhal, la grosse licorne marine super sapée (pour faire chic).

Bonne nouvelle avec Oneiric : Thunderbird remplace Evolution. Libre-Fan vous l’avez bien dit : Ouste Mono, F-Spot, Evolution dans Lucid. Au fil du temps, tous ces logiciels prétentieux et lourdingues finissent par disparaître. Voyez aussi Arranger un peu Ubuntu Maverick Meerkat.

Voilà, nous avons essayé Ubuntu Oneiric Ocelot sur un portable Easynote, AthlonXP.

Si vous avez un ordinateur qui date d’avant 2007 avec pas plus de 512Mo de Ram, laissez tomber Ubuntu et passez plutôt à Trisquel qui est une distribution dérivée d’Ubuntu mais toute libre et plus légère qu’Ubuntu. Elle existe en version GNOME ou en version «Mini», avec l’environnement de bureau LXDE. Ce bureau est loin d’être l’idéal mais il est très à la mode ces derniers temps. Il n’est d’ailleurs pas mal dans Debian et dans Trisquel mais moche dans Lubuntu, qui est devenue une variante officielle d’Ubuntu, avec Chromium au lieu de Firefox, la honte :twisted:

Le bureau idéal ? OpenBox avec des éléments de LXDE et quelques rajouts. Voyez par exemple la configuration d’ArchLinux qui s’appelle CKTArch ou encore SliTaz. Impeccable. Voyez Solutions GNU/Linux.

Trisquel est plus légère et vous apprendra à vous débarrasser de Flash. La dernière version Trisquel 5.0, dérivée d’Ubuntu Natty est très bien, à l’inverse de Natty. Voyez, sur Libre-Fan :

Voilà pour le moment ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *