Poissons d’avril 2011

Il y aurait plein de poissons d’avril à faire, tous plus absurdes les uns que les autres. Nous avons fait le choix de l’absurdité hilarante et instructive, variante du précepte classique «divertir en instruisant».

Notre poisson d’avril de 2010 OpenOffice.org adopté par deux mairies cévenoles a parfois été pris au sérieux alors que c’était bien une plaisanterie. Cette année, il faudrait remplacer OOo par LibreOffice. Mais tous ces poissons ont quelque chose d’amer. La réalité de notre poisson de 2010, c’est que jamais LibreOffice ne sera adopté dans ce coin de France. Les formats ouverts, on veut pas connaître. Mais si: Journée internationale de Libération des Documents 2011.

Poisson gras

Nous pourrions vous raconter que, suite au message de Filochard, la mairie nous a déroulé un tapis rouge et donné une bonne subvention. Le tapis est du plus bel effet dans la bibliothèque.

Dans la réalité, c’est un peu différent. La mairie ne nous fournit plus de connexion à l’internet suite aux travaux dans le secrétariat. Cela ne change pas grand-chose puisque la connexion marchait très mal, voire pas du tout, depuis 3 ans. Il reste qu’il aurait été poli de nous prévenir lors des travaux au lieu de nous laisser deviner que le câble éthernet avait été débranché.

Le dernier compte-rendu du conseil municipal déclare qu’il y aura une connexion pour la bibliothèque car la DLL veut mettre toutes les bibliothèques communales en réseau. La mairie paierait une deuxième connexion (toujours chez Orange, bien sûr, surtout ne pas suivre notre conseil de prendre un forfait chez Nerim), qui serait disponible pour Libres-Ailé(e)s aux heures où la mairie nous accorde le droit d’occuper notre espace dans la bibliothèque. Du coup, le conseil municipal décide de pas nous donner de subvention et pourtant nous n’en avons pas demandé l’an dernier.

En fait, il est facile de comprendre que la mairie ne va pas installer une deuxième connexion. Pourquoi dépenser de l’argent de cette façon totalement inutile? En revanche, ce projet qui ne verra jamais le jour donne une excuse au conseil municipal de nous refuser toute la subvention que nous demandions: 300€. Faut-il compter 300€ pour couvrir notre raccordement pour une dizaine d’heures par semaine?

Et maintenant, pourquoi ne pas rebrancher le câble ethernet à la nouvelle bobox du secrétariat? Nous n’avons pas posé encore la question. Mais nous pouvons prévoir la réponse: parce que le câble a été mis dans une gaine par l’électricien, donc le câble paraît coincé dans le mur et que le secrétariat est dans une autre salle à présent et donc on ne peut pas tirer le câble pour le brancher à la bobox.

Tout cela se résume en un message: «La commune s’en fout de Libres-Ailé(e)s: À la longue et à force, vous finirez bien par fermer boutique et nous serons bien contents».

À noter qu’une vingtaine de personnes sont bien contents que nous ayons proposé de l’information sur le gaz de schiste dans ce petit village, grâce à nos recherches sur le web: Autour du gaz de schiste. Sans connexion à l’internet, c’est un peu coton pour mettre à la disposition du public le site Sinistre gaz de schiste ou d’autres documents, comme le Débat à l’Assemblée nationale sur gaz et huile de schiste – 29 mars 2011, qui font partie du Dossier sur le gaz de schiste de Libres-Ailé(e)s.

Pas un mot de notre «rayonnement» (radio-actif?) dans le compte-rendu du conseil municipal. Si nous ne rayonnons pas, pas de subvention, si nous rayonnons, chut, c’est comme si nous n’avions rien fait.

Nous ne comptons plus sur la mairie depuis longtemps pour assurer une bonne connexion à la bibliothèque mais il tombe sous le sens commun qu’une connexion est utile pour le public. Tout le monde n’a pas l’internet ni un ordinateur et tout le monde ne sait pas bien se servir d’un ordinateur.

Pour rappel, la citation autour du tapis rouge tirée du long message de Filochard:

Un conseil municipal digne de ce nom doit encourager tout ce qui promeut la commune, la rend « visible » et lui donne des couleurs. A ce titre, quand on a la chance de disposer de la seule association pour l’informatique libre en Cévennes, on devrait sinon lui dérouler le tapis rouge, du moins lui donner toute facilité pour exercer.
Cette polémique sur la facturation de l’électricité est pitoyable. On peut d’ailleurs se demander si elle aurait eu lieu contre un banal club initiant le 3ème âge à Windows.

Poisson hilare mais instructif

Libres-Ailé(e)s en club Windows

GNU et Tux devant une casse

Éclaircissements

Voici quelques éclaircissement en complément de Libres-Ailé(e)s en club Windows.

Normes

La norme n’est évidemment pas M$ (qui est un monopole) ni aucun autre système. Pour la messagerie, il y a des protocoles qui n’ont rien à voir avec Thunderbird ou Outlook Express ni aucun autre client mail. Les protocoles de messagerie sont portés par des logiciels libres qui sont à peu près invisibles pour nous mais essentiels. Si vous affichez «Entête» > «Tout» dans le menu «Afficher» de Thunderbird, vous verrez des trucs comme Posfix, un des logiciels libres qui transmettent le courrier. Les clients mail ne sont que des interfaces, plus ou moins sophistiqués. Outlook Express a la particularité de récupérer tous les virus et les chevaux de Troie. Appeler une telle prouesse une norme, c’est amusant.

LibreOffice utilise un format de fichier qui est une norme ISO depuis 2006: Journée internationale de Libération des Documents 2011.

Portes dérobées

Les portes dérobées sont des programmes qui permettent l’espionnage ou l’installation de logiciels à distance sans que l’utilisateur de l’ordinateur soit prévenu.

Menottes numériques

Les menottes numériques sont des sortes de verrous qui empêchent le propriétaire d’un ordinateur de s’en servir comme il veut, librement. C’est Apple qui décide de la manière dont vous allez pouvoir écouter de la musique, par exemple, ou quelle musique.
Les menottes numériques d’Apple sont laquées blanc, ce qui explique leur attrait.

En passant, Libres-Ailé(e)s a un écran laqué blanc sans menottes numériques qui affiche le contenu d’un système GNU/Linux. Comme quoi…

Au lieu d’un poisson d’avril, un colibri pour la vie

Colibri, GNU et Tux

Allez vite voir Libres-Ailé(e)s, Colibri du Libre

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *