La mairie d’Arrigas veut faire payer l’électricité à Libres-Ailé(e)s

Dans notre petit village, il suffit de deux ou trois personnes malveillantes pour que l’on juge que notre association doit payer l’électricité dépensée par nos ordinateurs et notre lampe de 15W.

Au pire, nous avons 4 ordinateurs allumés en même temps 4h par semaine. Depuis plus d’un an et demi, avec la box de la mairie dont nous dépendons et qui ne marche pas ou très mal, les ateliers ont été quasi-inexistants. En fait, j’ai retrouvé cet article qui remonte à l’été 2008: Panne d’ADSL à la mairie d’Arrigas et donc au local de L-A (été 2008).

Le chauffage ne nous concerne pas car la bibliothèque comprenant des livres de la DLL doit être chauffée en hiver. DLL? La BDP est devenue DLL. Le chauffage reste à 15° sur le thermostat en dehors des heures d’ouvertures.

Après une petite discussion hier avec nous (miloune et libre fan), le conseil municipal envisage de nous demander de faire payer l’accès à nos ordinateurs au public sous l’appellation «Cyber Café». En raison d’un euro de l’heure (ce qui est demandé dans un magasin du Vigan), ça ne risque pas d’aller bien loin car le peu de public que l’on voit n’aura pas envie de payer et il ne passe pas des foules de randonneurs ou de touristes à Arrigas.

D’après la mairie, la participation financière du public et les cotisations des adhérents financeraient ainsi le paiement de l’électricité.

Notre association ne pourra sans doute pas payer ce «loyer». Dernièrement, la mairie nous proposait, en tant que particuliers, une cave à 100€ par an. Je vous laisse faire vos estimations pour notre espace dans la bibliothèque.

Qui que vous soyez, merci de donner votre avis sur les questions suivantes:
– Est-ce une bonne idée qu’une mairie ou une association fasse payer un accès de 2h maximum par semaine au public dont certains payent des impôts à la commune en question?
– Est-ce accueillant de faire payer quelques gens de passage?
– Pensez-vous que cela rapportera suffisamment d’argent?
– Les cotisations des adhérents doivent-elles servir à payer un loyer ou à acquérir du matériel utile à tous (adhérents et public) comme une imprimante?
– Peut-on faire un cybercafé dans une bibliothèque publique?

Quand nous en saurons plus, nous ferons une assemblée générale extraordinaire pour décider de la suite.

8 réflexions sur « La mairie d’Arrigas veut faire payer l’électricité à Libres-Ailé(e)s »

  1. Décidément, on veut empêcher le Libre de vivre dans ce village.

    Pour répondre aux questions :
    Je pense que si c’est la mairie qui gère l’espace numérique (c’est sa connexion et son local : la bibliothèque communale) elle pourrait faire payer l’accès au web pour une somme minimale ou un forfait ou abonnement. Cela se passe parfois ainsi par exemple dans certaines médiathèques. Mais une association n’a pas à faire payer.

    Et j’ajouterai que la mairie doit payer une personne qui s’occuperait de l’espace numérique comme cela se fait dans certains villages (exemple de Brasc dans l’Aveyron), ou payer l’association, ou encore laisser toute liberté à l’association pour exercer ce service, pour le village et ses visiteurs, si on veut être un village accueillant.

    Quant à la création d’un “cybercafé” dans une bibliothèque, je dirais d’emblée que cela n’est pas évident car il s’agit d’un espace public et donc soumis à une législation. L’association étant à but non lucratif ne fait pas de commerce. Si on pense bien à ce que c’est un cybercafé, cela relève du secteur commercial ou de service payant.

    Bon on reparlera de tout cela

  2. Ho la la !!!!

    Et si on faisait une petite pièce, genre « pagnolesque » avec tous les « ingrédients » générés par notre Libre au sein du village, ça serait marrant. On jouerait ça sur la place du village, à la fête de fin Août. Après on passerait parmi les spectateurs avec notre petite timbale et nous donnerions nos p’tites pièces au Conseil des JUSTES pour payer nos kWh

    Et puis, finalement, qu’ils fassent le cybercafé chez l’épicier ? Et nous, en faisant un appel au peuple, peut-être y aura-t-il un endroit plus sympa où nous serons mieux accueillis ?

    NIXE

  3. je refuse que l’association paye l’electricité pour plusieurs raisons :
    est-il normal dans une petite commune comme la notre où parait-il nous sommes trois pelés et un tondu nous soyons surveillés et espionnés comme si nous étions malhonnétes. La culture est accessible à tous, nous avons la chance d’avoir une bibliothéque à la disposition de tous et sur 200 résidents nous avons 15 lecteurs c’est peu, alors pourquoi autant de méchanceté? donc je déduis que lorsque on ne fait pas parti du bon clan dans ce village il ne reste plus qu’à se plier.
    rose fiffi

  4. La commune d’Arrigas, au lieu de se réjouir de la présence de notre association qui répond à une demande actuelle, fait obstruction. C’est incompréhensible et révoltant, d’autant plus que le peu d’électricité utilisée par l’association est d’un coût dérisoire au regard du budget de la mairie. C’est là de la malveillance.

  5. Bonjour,
    Étranger à la commune, mais vivant aussi dans la Cévenne profonde et rurale, je m’en tiendrai à une observation de principe sur le comportement affligeant de votre municipalité.

    Un conseil municipal digne de ce nom doit encourager tout ce qui promeut la commune, la rend « visible » et lui donne des couleurs. A ce titre, quand on a la chance de disposer de la seule association pour l’informatique libre en Cévenne, on devrait sinon lui dérouler le tapis rouge, du moins lui donner toute facilité pour exercer.

    Cette polémique sur la facturation de l’électricité est pitoyable. On peut d’ailleurs se demander si elle aurait eu lieu contre un banal club initiant le 3ème âge à Windows.

    Certes, des cerveaux étriqués ne peuvent concevoir de grands projets. L’alpha et l’oméga de la politique tient dans la localisation des pissotières publiques. Ainsi, grâce à eux, Clochemerle vient d’ouvrir une succursale sur l’Arre. Chacun trouve sa fierté où il peut.

    La négociation avec des adversaires manifestement obtus et retors étant sans doute épuisante, je vous suggère plutôt de faire part de cette sous-pagnolade à la presse qui ne manquera pas de s’en gondoler. Et ne pas oublier les médias nationaux et les réseaux du libre, bonne caisse de résonance sur le net. Et pourquoi taire les noms de gens qui valent bien par leur hauteur d’esprit d’être cités en exemple aux autres élus ?

    Paradoxalement, il n’est pas sûr que vous y perdiez la salle, à moins que vos municipaliers tiennent absolument à donner une dimension nationale à leur ridicule. En effet, même pour des gens dont l’ambition se limite à gérer des querelles de mur mitoyen , il reste parfois – bien caché- un dernier lambeau d’amour-propre.

    Bon courage en tout cas et bien cordialement.

  6. Voilà de la belle prose, merci Alain ;-)

    Mais l’histoire, c’est toutes ces méchancetés viennent de gens non nommés et la municipalité, elle, vous dira qu’elle n’y est pour rien.

    Mais c’est surtout à travers la connexion à l’internet qui ne marche pas bien du tout, voire pas du tout et des horaires étriqués que nous avons du mal à survivre. Je dois dire que là nous en avons vraiment marre :evil:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *